A la cérémonie d’ouverture des journées portes-ouvertes de l’HOSAT le jeudi 25 février 2015, j’ai dit en substance : OUI à ce beau projet de santé oculaire.

 

         Jésus de Nazareth, le Sauveur du monde, n’a pas fait que prêcher. Pour nous montrer à quel point le vrai Dieu nous aime, il a guéri beaucoup de malades. Des aveugles ont vu, des sourds ont entendu, des paralytiques ont marché, les pauvres ont été secourus. Il a chassé tant et tant de démons pour libérer beaucoup de personnes des griffes du malin. C’est la même mission que l’église essaie de poursuivre encore aujourd’hui : être au service de tous sans aucune distinction d’ethnie ni de religion, c’est-à-dire aider l’homme quel qu’il soit à jeter ses béquilles et à se prendre en charge.

 

         Reconnaissons avec humilité, que dans l’Hôpital Ophtalmologique Saint André de Tinré (HOSAT), notre hôpital à tous, un travail fort appréciable se fait. Les patientes et les patients en témoignent. Mieux, l’engagement de CBM et de ses partenaires financiers à accompagner le projet santé oculaire chez l’enfant constitue une preuve supplémentaire, car aucun bailleur de fonds, fût-il le plus fortuné, ne mettra son argent dans une structure mal organisée et mal gérée. Nous profitons de cet espace pour féliciter le Directeur de l’hôpital et tout son personnel.

 

         Chers tous, rassurez-vous ! CBM et ses partenaires ne viennent pas pour déverser de l’argent sur l’HOSAT et les Centres de Promotion Sociale de Parakou et de Natitingou. Ils ne viennent pas non plus pour remplacer les parents et les familles dans leurs obligations vis-à-vis de leurs progénitures. Les rôles et responsabilités des parents vis-à-vis de leurs enfants restent et resteront entiers dans ce projet. Comme vous le savez, l’assistanat rabaisse l’homme. La responsabilité l’élève. Face à l’argent, gardons notre dignité et notre magnanimité.

 

         Ce projet va créer les conditions infrastructurelles et matérielles nécessaires, renforcer les compétences des personnels de santé et des personnels des Centres de Promotion Sociale afin qu’ils s’occupent de nos enfants avec plus de dextérité encore. C’est-à-dire que ces partenaires ne nous apportent pas du poisson braisé bien assaisonné, prêt à être consommé. Mais ils viennent pour nous aider à améliorer nos techniques de pisciculture et renforcer notre matériel de pêche. C’est une bonne occasion pour féliciter chaleureusement CBM qui est pour nous un partenaire modèle parce que fiable, cordial, ouvert, rigoureux et très respectueux de nos priorités et de nos traditions organisationnelles internes à notre Diocèse.

 

         A tous les personnels de santé, des affaires sociales, à tous les éducateurs sociaux, je recommande d’avoir un grand souci du bien commun. C’est-à-dire opter pour la saine et loyale gestion des biens qu’apporte ce projet dans l’intérêt de toute la population béninoise et d’ailleurs. Travailler consciencieusement et honnêtement sous le regard de Dieu qui récompense généreusement les bons serviteurs, bien au-delà de leurs mérites.

 

         Aux autorités à tous les niveaux de notre chère patrie le Bénin, je sollicite votre appui total pour le succès de ce projet qui me tient beaucoup à cœur. Je compte sur vous.

 

         Permettez-moi de conclure mes propos par cette citation biblique : ‘’je ferai marcher les aveugles sur un chemin qu’ils ne connaissent pas, je les conduirai par des sentiers qu’ils ignorent. Je changerai devant eux les ténèbres en lumière et les endroits raboteux en pleines : voici ce que je ferai…’’ (Isaïe 42,16). Dieu a choisi le Diocèse de Parakou pour réaliser cette belle et exaltante promesse. Quelle joie ! Quel bonheur ! Ne décevons pas ce Dieu qui nous aime tant. Nous sommes ses privilégiés. Qu’il nous bénisse encore et encore pour sa gloire et pour notre santé oculaire. Amen !

 

                                                                  +Pascal N’KOUE

 

                                                               Archevêque de Parakou